Objectiviteit van de cijfers

Het bewijs in cijfers

Noël profite au média TV

Noël profite au média TV

L’audience TV augmente sensiblement durant les congés scolaires de fin d’année. Sur l’ensemble de la population, le rating du média augmente respectivement de 6% et 7% dans le sud et le nord du pays.

 

Même si certains partent s’adonner au ski, si d’autres s’affairent pour préparer les réveillons ou envahissent les centres commerciaux à la recherche de cadeaux, les vacances d’hiver sont favorables au média TV. Durant les deux semaines de congés scolaires, davantage de téléspectateurs cocoonent devant le petit écran.

A retenir principalement :

 

  • Sur l’ensemble de la population, comparativement aux deux semaines qui précèdent ou suivent les vacances scolaires de Noël, le rating du total TV augmente de +7% dans le nord du pays et de +6% dans le Sud. La progression est  principalement liée à la durée de vision (ATS). Le temps prend une autre saveur en cette période de fêtes…

 

  • Les jeunes affichent la plus forte évolution: +35% pour les 4-14 ans et +12% pour les 12-34 ans du côté néerlandophone ;  +46% pour les 4-14 ans et +10% pour les 12-34 ans chez les francophones. Chez les enfants et les jeunes adultes, l’évolution en rating est également fortement favorisée par la durée de vision (ATS). Le flux de téléspectateurs (reach) s’intensifie néanmoins aussi : les francophones de 4-14 ans, par exemple, sont chaque jour 11% plus nombreux à passer un moment devant la TV durant les vacances d’hiver.

 

 

  • Chez les kids, l’audience du média TV affiche de meilleures constantes en journée. En dépit d’un peak time toujours bien marqué le soir, les audiences s’élèvent rapidement à partir de 10h00 le matin et fléchissent moins vite en fin de soirée. Le phénomène est plus accentué au Sud qu’au Nord.

 

 

  • Les enfants profitent des vacances pour partager leurs moments TV entre copains. La part d’audience supplémentaire (rating) que représentent les « Guests » au sein de la cible des 4-14 ans est plus importante comparativement aux semaines qui précèdent ou suivent les 15 jours de Noël.  Chez les francophones, l’augmentation se chiffre à +47%.